En marchant

Situation

 

La Rue de Dampremy, qui devient la Rue du Pélon, est une rue en impasse.

On y entre par la rue de Jumet et il faut obligatoirement réaliser un demi-tour pour en ressortir, ce qui est impossible actuellement car il faut réaliser une marche arrière !

 

Contextualisation

 

Il y a plus de 40 ans, la Ville de Charleroi avait édicté un PPA (plan particulier d’aménagement) sur la Rue de Dampremy. La volonté des pouvoirs publics était :

  • D’élargir le côté gauche de la rue (lorsque l’on vient de la rue de Jumet). Cette partie de rue était essentiellement constituée de murs et de clôtures de fonds de jardins. Aucune habitation ne devait être expropriée pour réaliser le PPA. Par contre, le côté droit de la rue était bordé de toute une série de maisons et d’entrées de garages (une dizaine de maisons et une dizaine d’entrées de garages).

  • De relier la rue de Dampremy (qui est un cul de sac) à la cité Moret.

  • De maintenir la circulation automobile dans les deux sens.

  • Les riverains étaient donc astreints à ne plus toucher à leurs clôtures de fond de jardin (celles-ci devant être détruites), Ils savaient qu’une partie de leur jardin allait être exproprié. En cas de constructions (garages essentiellement), celles-ci devaient être alignées sur le PPA et devaient permettre l’élargissement de la rue.

  • Des trottoirs convenables allaient être aménagés.

 

Il y a une dizaine d’années, la Ville de Charleroi a abandonné le PPA sur la Rue de Dampremy.

 

Aujourd’hui :  Tout le côté gauche de la rue a été laissé à l’abandon : murs délabrés (puisque des parcelles de terrain devaient être expropriées), clôtures en piteux état et garages récents alignés sur le PPA, mauvaises herbes, fond de la rue se termine par un chemin en terre (et en trous)..

 

Problématiques

 

La circulation y devient impossible

 

Etant donné que les propriétaires des garages (qui se situent au fond des jardins des maisons situées à la Rue Houtart) protègent leur territoire, le seul moyen de ressortir de la Rue de Dampremy est de faire marche arrière. Tous les espaces qui étaient utilisés pour faire demi-tour, sont actuellement protégés par des chaines ou des clôtures. Cela a été comme un virus qui, peu à peu, a contaminé l’ensemble de la rue, chacun ne pense qu’à défendre son petit lopin de terre, sans penser aux difficultés qui se répercutent chez les autres riverains !

 

Un riverain possède une camionnette avec laquelle il fait du ramassage de métaux. Il est impossible, pour les camions Tibi de passer prendre les poubelles le vendredi… Ils ont dû convenir de passer plus tard, une fois que le chauffeur de la camionnette est parti (ou réaliser le ramassage à pieds) !.

 

Il y a quelques mois, un incendie fulgurant a brulé un nombre important de maisons de la rue (et de la rue de Jumet). Un entrepôt sauvage de plus de 10.000 pneus a pris feu. La situation avait été signalée à plusieurs reprises à la Police par différents habitants du quartier… Sans effet apparent !

Pour la petite histoire : le stock de pneus est en train de se reconstituer au même endroit ! Cette situation à risques a de nouveau été signalé auprès de la Police : sens effet ! Les Policiers disent qu’ils ont beau intervenir auprès des propriétaires de lieux : « ils s’en foutent » Ce qu’ils proposent : « écrivez au Bourgmestre ».

 

Le vendredi matin, lors du passage de Tibi ; tous les habitants doivent obligatoirement se garer sur le trottoir car sinon, les camions ne savent pas passer !

Que se passerait-il en semaine, si un incendie se déclarait au bout de la rue (nouvelle habitation) ?

 

Les trottoirs sont impraticables.

Le côté gauche de la rue est décoré de mauvaises herbes. Qui a la resopnsabilité de la gestion de cette partie de la rue ? La commune ? Les propriétaires ?

 

La Rue est devenue un lieu de décharge à ciel ouvert

 

Etant donné la décrépitude progressive de la rue, plus personne ne se gêne pour y déposer ses déchets sauvages ! La division propreté connaît très bien la problématique. Elle est (trop) régulièrement sollicitée pour évacuer les déchets ! Un projet expérimental est actuellement à l’étude par l’échevin Mahmut Dogru, projet pilote à l’initiative et en collaboration avec « coucoue les immondices ».

 

Les fonds de jardins qui font face aux habitations des riverains accumulent également les déchets les plus divers ! La Police de proximité, ainsi que la Police de l’environnement ne semble pas bouger (ou bouge, mais sans effet).

 

Pistes de solutions

 

Construire un rondpoint au bout de la rue pour permettre de faire demi-tour. Le terrain d’un habitant, dont la maison a été incendiée, est mis en vente à très petit prix (semble-t-il).

 

Relier le bout de la Rue de Dampremy à la Rue Houtart ce qui permettrait aux riverains d’entrer par la rue de Jumet et de ressortir par la rue Houtart. Le même terrain mis en vente pourrait servir à cet effet.

 

Louer une partie de terrain au bout de la rue dee manière à permettre aux riverains de faire de demi-tour (plusieurs terrains se prêteraient à ce type de solution).

 

Exproprier un terrain clôturé actuellement permettant dès lors de faire demi-tour.

 

Investir chaque semaine dans 4 billets de la loterie car « on ne sait jamais » !